Chemin de St Jacques de Compostelle en Ariège


L’Ariège, bien qu’à l’écart des quatre grands chemins – route d’Arles, du Puy-en-Velay, de Vézelay et de Tours – est loin d’être restée insensible au culte de l’apôtre Saint Jacques et à son pèlerinage. Ce ne sont pas seulement quelques paroisses – telles les Bordes-sur-Arize, Taurignan-Castet, Saleix, Cazenave, Aubert, Sentenac d’Oust – qui se sont mises sous la protection du saint, mais tout un pays qui a pris des couleurs jacquaires.

La toponymie ariégeoise est là pour l’attester. Un faubourg de Mazères, une rue à Foix et Laroque d’Olmes, un cours à Léran, une impasse et une ferme à Saint-Lizier, une propriétaire rurale à la Bastide-de-Besplas, des lieu-dits à Bélesta et Vira… portent toujours le nom du saint, tandis qu’une autre propriété rurale à Mirepoix cette fois, une maison à Montaillou, célèbre village occitan, conservent depuis des temps presque immémoriaux le nom de « jacquet » rappelant ainsi que leurs lointains occupants ont pris un jour le bourdon pour cheminer vers le Finistère espagnol.

Les villages de Montjoie et de Montgauch, situés en terre couserannaise sur deux collines, toutes proches du lieu de pèlerinage qu’était Saint-Lizier semblent, quant à eux, avoir adopté le nom de la « Monjoya » cette colline dominant Saint-Jacques-de-Compostelle où les pèlerins exténués par la fatigue de la route et saisis par l’émotion à la vue du sanctuaire galicien poussaient des cris de joie.

La Voie du Piémont Pyrénéen intéresse le département de l’Ariège puisqu’elle le traverse suivant un axe Mirepoix-Col du Portet d’Aspet via Pamiers, Le Mas d’Azil, Saint-Lizier, Castillon en Couserans en direction de Saint-Bertrand-de-Comminges. Ce chemin, voie de pérégrination vers le Finistère espagnol, relie divers sites où sont présents de nombreux témoignages jacquaires.

Site internet: www.ariege.com/cheminstjacques/

logo-chemin-du-piemont-en-ariege

Chemin de Saint-Jacques de Compostelle du Piémont pyrénéen


Parmi les nombreux chemins sillonnant l’Europe et conduisant vers Compostelle, il existe un itinéraire à part entière qui relie la Méditerranée à l’Atlantique, la voie du Piémont pyrénéen.

Souvent présenté comme une alternative à l’itinéraire venant d’Arles, cette voie démontre qu’il n’existait pas un unique chemin de saint jacques mais de nombreux chemins dont l’usage dépendait du lieu de départ, de la météo, des circonstances historiques, de la volonté de chaque pèlerin ou de la présence de sanctuaires.


La voie du Piémont pyrénéen correspond à la recherche des cols de passage car la difficulté réside dans le franchissement des Pyrénées ; le pèlerin à la recherche d’un col peu élevé se mettait sous la protection de la Vierge et des saints jalonnant son parcours. Aujourd’hui, il visite les reliques conservées à St-Lizier, à St-Bertrand de Comminges.

D’Est en Ouest, ce chemin est rempli de sens et d’histoire. En effet cette voie nous conte la mémoire des peuples romains et visigoths mais aussi de sa province occitane et sa chantante langue d’Oc, de son ouverture méditerranéenne, de l’influence arabo-andalouse, symbole de l’entente entre le christianisme, le judaïsme et l’islam.

Sur ce chemin du Piémont, on parcourt le « pays cathare » planté de vignes ; les vestiges des forteresses y témoignent de la croisade albigeoise contre les « hérétiques » et de la terrible oppression pratiquée par l’Inquisition sous les murs de Béziers ou de la noble Carcassonne.

A Fanjeaux, on se met sur les traces de saint Dominique, fondateur de l’ordre des Dominicains, qui joua un rôle important dans la répression des Cathares.

Puis on passe par Lourdes, consacrée comme l’un des plus grands centre de pèlerinage catholique et connue dans le monde entier depuis 1858. A cette date la Vierge est apparue dix-huit fois à Bernadette de Soubirous.

Enfin, on va à la rencontre du Béarn et du Pays Basque, de ces peuples vivant au rythme du pastoralisme ; c’est sur ces terres que se mêlent les chemins français vers Compostelle.

carte-chemin-piemont

L’hébergement

Cathy et Jean-Marc LAMBART – Hameau du Bayles

4 à 5 couchages, repas du soir et petit déjeuner.

Participation libre aux frais (donativo) – Tél. 05 61 68 72 49 – 06 89 85 19 30.

p1030734-photo-jm-lambart